Le terminal de la TWA à JFK

Le TWA Flight Center de l’aéroport JFK à New York est un des bâtiments emblématiques de la nouvelle architecture moderne d’après guerre, et de l’intégration entre décoration et architecture.

Histoire du TWA Flight Center

Une des dernières réalisations du designer et architecte Eero Saarinen, qui décédera un an avant son ouverture, le terminal TWA n’est aujourd’hui plus en opération en tant que tel, car sa structure n’est pas compatible avec les nouvelles règles de sécurité aérienne mises en oeuvre après les attentats du 11 septembre : on y circule trop librement, et les coûts d’adaptation auraient été trop élevés.

La façade du Flight Center
La façade du Flight Center
Photo sous licence CC BY NC ND de Robyn Lee

Cependant, parce qu’il s’agit d’un bâtiment célèbre et emblématique, et qu’il est inscrit depuis 1994 sur la liste des monuments new-yorkais à protéger par la New York City Landmarks Preservation Commission, le bâtiment n’a pas été entièrement détruit : en 2008, il a été reconverti et sert maintenant d’entrée au terminal 5 utilisé par JetBlue Airways.

La "Trumpet" de Saarinen, lors de la rénovation du TWA Flight Center
La « Trumpet » de Saarinen, lors de la rénovation du TWA Flight Center

TWA Flight Center : l’esprit de l’aviation

« Capturer et montrer l’esprit de l’aviation » : voilà la consigne qui avait été donnée pour la réalisation du tout nouveau terminal de la TWA, en 1956. A cette époque là, la compagnie aérienne est une des deux seules qui desservent l’Europe et l’Asie, et en 1954, elle abandonne sa base du sud des Etats Unis (Kansas et Missouri) pour s’établir à New York.

Vue aérienne du Flight Center TWA
Vue aérienne du Flight Center TWA
Photot sous licence CC BY SA de Kai Brinker

A l’époque, l’aéroport international de New-York ne s’appelle pas encore « JFK » (il prendra le nom en 1963), mais Ildewild, et il est en plein développement (il a ouvert ses portes en 1948). C’est donc l’endroit idéal pour construire un terminal à la pointe de la modernité qui deviendra un emblème de la compagnie.

Le mobilier du TWA Flight Center
Le mobilier du TWA Flight Center
Photo sous licence CC BY NC ND de Wally Gobetz

Une construction moderne et innovante

Le terminal se distingue avec une toiture légère en forme d’ailes qui évoquent un oiseau en vol, des couloirs arrondis en forme de tubes, une moquette rouge omniprésente, et d’immenses baies vitrées qui permettent de voir les avions sur la piste. Si beaucoup de ces éléments ont été repris ultérieurement, Saarinen est réellement un inventeur.

Le salon du centre TWA
Le salon du TWA Flight Center
Photo sous licence CC NC BYpar Timothy Vogel

Techniquement aussi le terminal est à la pointe :  il est le premier à intégrer les couloirs d’accès directs aux avions, des carrousels pour la récupération des bagages, un tableau d’affichage électronique pour les informations sur les vols… choses qui nous sont devenues tellement familières, mais qui, à l’époque, étaient à la pointe de la modernité.

L'accueil du Flight Center
L’accueil du Flight Center
Photo sous licence CC BY NC ND de Robyn Lee

Flight Wing One

Au coeur du TWA flight Center
Au coeur du TWA flight Center
Photo sous licence CC NC BYpar Timothy Vogel

En 1969, un nouveau bâtiment est ajouté, qui, curieusement, prendra le nom de « Flight Wing One » : il est nécessaire à la fois pour désengorger le terminal, avec l’accroissement du nombre de passagers, mais aussi pour s’adapter aux nouveaux porteurs, beaucoup plus gros, et notamment aux Boeing 747.

L’extension est réalisée par les architectes Kevin Roche et John Dinkeloo, qui étaient ses associés et qui terminèrent tous ses projets après sa mort.

A cette époque, la TWA a déjà commencé à perdre des parts de marché.

Son ancien propriétaire, Howard Hughes a effectivement trop tardé à acheter des gros porteurs. Commence pour la compagnie une lente descente qui s’achèvera avec sa revente à Jet Air Blue. Et Howard Hughes, qui avait pris l’initiative de la construction du Flight Center, avait été débarqué par son conseil d’administration un an avant son ouverture ! Ni lui ni Saarinen, pour des raisons différentes, ne seront « aux commandes ».

Entre la fermeture et 2008

D’octobre 2001 à 2008, le TWA Flight Center a été utilisé pour des expositions artistiques, des événements, ou quelques tournages de films.

Déménagement du TWA Flight Center d'origine, dit "Trumpet", lors de la restauration.
Déménagement du TWA Flight Center d’origine, dit « Trumpet », lors de la restauration.

Sa destruction a été un temps envisagée par l’organisme de gestion aéroportuaire, mais évitée grâce à une mobilisation de plusieurs architectes, comme Philip Johnson et Robert Sternet d’une puissante association locale, la Municipal Art Society of New York.

En particulier, la préservation du tout premier terminal, qu’on appelle « the Trumpet » (la trompette) a longtemps été en suspens. Le nouveau propriétaire voulait absolument le détruire pour pouvoir réaliser son projet de construire un nouveau terminal plus grand juste « derrière » le terminal TWA.

L’imposante structure en béton a finalement été sauvée, grâce à un déménagement coûteux.

Et heureusement ! Car les longs couloirs tapissés de rouge, les salons d’attente aux formes arrondies, ouvertes, sont un véritable chef d’oeuvre d’architecture.

Il faisait bon voyager en ce temps la !

Dans les couloirs du TWA Flight Center
Dans les couloirs du TWA Flight Center
Photo sous licence CC BY NC ND de Wally Gobetz

N’avez vous pas l’impression, en regardant ces photos, d’être plongé dans un film de science fiction, dans un « Barbarella » ou un « Chapeau Melon et Bottes de Cuirs » ? L’époque avait son style, très particulier. Le Flight Center en est un des emblèmes.

Les baies vitrées du TWA Flight Center
Les baies vitrées du TWA Flight Center
Photo sous licence CC NC BY Timothy Vogel
Le Flight Center vu d'en haut
Le Flight Center vu d’en haut
Photo « New York Architecture »

La plupart des photos qui illustrent cet article ont été prises par des photographes qui ont participé à une journée « Porte Ouverte » en 2011. Maintenant que le terminal est à nouveau utilisé comme porte d’entrée et point d’accès pour le « vrai » terminal opérationnel de Jet Air Blue, la location du bâtiment pour des événements ou des tournages est sans doute beaucoup plus difficile et coûteuse que pendant la période 2001 – 2008.

Mais en tant qu’individu, il ne ne coûtera rien « de plus » qu’un petit voyage à New York pour visiter ce monument exceptionnel.

NB : la dernière photo est tirée du site New York Architecture, passionnant pour faire une visite virtuelle dans l’architecture New Yorkaise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *