Du parquet au Maroc ?

J’ai connu Redouane Kettani quand nous faisions nos études de décoration. Nous nous étions perdus de vue quand il était parti travailler à Dubaï, et je viens de le retrouver par hasard, pendant mes vacances au Maroc. Grandes discussions, qu’est-ce que tu deviens, etc… je lui montre mon blog, l’idée de faire un article, quel sujet ? …. je vous laisse découvrir pourquoi Redouane a voulu parler de parquet au Maroc !

Redouane Kettani, une passion marocaine pour la décoration

Redouane Kettani : Passion marocaine et décoration
Redouane Kettani : Passion marocaine et décoration

 

J’ai trente-cinq ans et je rentre ouvrir mon agence de décoration à Casablanca, après avoir travaillé plusieurs années à Dubaï. J’ai fait une formation de décorateur en France et en Belgique.

J’ai adoré travaillé à Dubaï : la déco là-bas joue sur les codes orientaux, bien sûr, mais elle les marie au modernisme. Les maisons sont grandes, les moyens sont là, on fait de très belles choses.

Les pays du Golfe, Dubaï comme les autres, ont une mauvaise réputation en ce qui concerne l’écologie et le développement durable, mais les choses changent, de nombreux projets, maintenant, prennent ces aspects en compte.

En rentrant au Maroc, je veux proposer tout cela : une décoration qui soit d’abord marocaine, enracinée dans notre culture, mais qui intègre les apports de la modernité. Il y a des créateurs marocains qui font des choses fantastiques et c’est cela que je veux privilégier.

Regardez comme ce salon intègre tous les codes de la décoration orientale en les modernisant. Un vrai sans faute !

Un travail d’Art & Decoration Dubaï, spécialisé dans ce genre d’ambiances que j’aime particulièrement.

Salon rond avec une grande hauteur sous plafond
Salon intérieur dans une villa de Dubaï : la décoration orientale modernisée !

 

Ma bannière représente exactement cela : un hôtel à Dubaï où j’ai travaillé, un motif qu’on retrouve dans toutes les mosquées marocaines, un salon marocain, encore une de nos spécificités, et une marqueterie précieuse comme celles de nos artisans à Essaouira.

Je veux travailler sur des matières écologiques, inscrire mes projets dans une logique de développement durable. Nous avons tous notre part à jouer, si minime soit-elle, dans la bonne santé de la planète. Le réchauffement de la planète sera dramatique pour nous, peu de marocains en sont conscients.

Le parquet dans une maison marocaine ? Une très mauvaise idée !

En résumé, c’est :

  • une aberration écologique
  • une faute de goût avec une décoration marocaine
  • un problème pratique
  • la difficulté à trouver de bons prestataires

Le parquet n’existe pas dans la tradition marocaine. Il se répand aujourd’hui à Casa et dans les grandes villes, comme une sorte de snobisme, on laisse tomber les « vieilleries », on veut être moderne. Le parquet est venu au Maroc avec les colons français, qui bâtissaient des immeubles comme ils les connaissaient en France.

La meilleure preuve ? En darija et même en arabe classique, il n’y a pas de mot pour le parquet. On parle de پارکت  , barakat, qui est simplement la transcription de « parquet ». Ou alors de أرضية  , ardyia, qui veut dire « sol » et qui est beaucoup plus générique que plancher. Quand il n’y a pas de mot, c’est que ça n’existe pas.

Porte de bois avec motifs de polygones
Porte de bois sculpté : c’est ainsi qu’on utilise le bois au Maroc

Pour avoir un bon parquet, on est obligé de payer des artisans formés à l’étranger, d’importer des produits, du bois… le savoir-faire n’existe pas chez nous, et je préfère des sols en céramique, en zellige, à l’ancienne.

Le bois est rare au Maroc, le transporter coûte cher en pollution

En fait, les parquets qui sont vendus au Maroc sont tous fabriqués avec des bois étrangers, qui viennent parfois de très loin, comme les bois exotiques. Même les bois plus classiques, le chêne, le frêne, sont importés de pays européens, au mieux.

Le principe de base du développement durable, c’est de faire avec des matériaux locaux.

A la limite, les vendeurs de parquet paieraient une compensation carbone pour tout le gaz carbonique injecté dans l’atmosphère en transportant sur de longues distance un matériau lourd et volumineux…

Piles de planches pour parquet
Le parquet est lourd et occupe du volume

Stabiliser le parquet avant de le poser

Une des principales difficultés, au Maroc, c’est l’adaptation du bois aux conditions du chantier.

Le bois est un matériau vivant, il bouge, en fonction de la température et surtout de l’humidité.

Il est donc indispensable de le stocker un temps certain sur le lieu de la pose et dans de bonnes conditions (c’est-à-dire installé de façon à ce que les planches de se courbent pas).

Un temps certain, mais quelle durée ? Environ trois semaines pour une humidité moyenne de l’air autour de 45%. Nettement plus longtemps avec des taux d’humidités très inférieurs ou très supérieurs. Ce qui est très souvent le cas au Maroc, avec les villes côtières d’un côté, ou le climat semi-désertique.

Les vendeurs de parquet qui respectent ce délai sont très rares. Et quand il n’est pas respecté, le parquet va jouer, grincer…

La décoration marocaine met le bois sur les murs, pas en parquet

On utilise le bois, en décoration marocaine. Mais on le travaille tellement qu’on ne marche pas dessus, qu’on ne le cache pas sous les tapis.

Porte et cadre de fenêtre en bois sculptélo
Porte et cadre de fenêtre, Kasbah de Télouet

Le bois marocain est mis en valeur. Simplement sculpte ou peints, il est travaillé, aux murs, aux plafonds et dans les meubles.

Les bois peints

Les plus belles portes et plafonds traditionnels sont peints. Avec des couleurs précieuses, qui étaient autrefois faites de colorants naturels précieux, comme le safran et l’indigo.

On voit d’ailleurs encore des traces de peinture sur la superbe porte de la Kasbah de Télouet.

Les motifs sont ceux de la décoration géométrique et abstraite traditionnelle, qu’on retrouve aussi dans les stucs et les mosaïques.

Porte en bois peint aux motifs marocains
Haut de porte en bois peint, plus rare avec sa dominante de bleu

Les polygones, les étoiles, les encadrements fleuris courent sur le bois dans un agencement difficile à calculer, dont les mâalems gardaient jalousement la méthode secrète.

Plus la demeure est riche, plus le décor est fin, complexe. Si vous allez au Maroc, il faut absolument admirer ceux de la Bahiah

Les moucharabiehs

On dit que les moucharabiehs, ces grilles de bois ouvragés qui permettent de voir sans être vu, ne sont pas de tradition marocaine mais ottomane, et importées.

En réalité, les bois sculptés sont aussi marocains. Regardez par exemple cette délicatesse dans les moucharabiehs de la Medersa Bou Inania, à Fès, ornés de sourates du Coran :

Détails des sculptures sur bois de l'école coranique
Moucharabieh et sourates dans la medersa Bou Inania – Fès

Entretenir son parquet au Maroc ? Une gageure !

Notre mode de vie méditerranéen n’est pas compatible

Les maisons marocaines sont adaptées à un mode de vie dans un pays chaud. Les sols en zelliges (carrelages) ou en marbre aident à la climatisation de la maison, l’été, on les arrose régulièrement, cela dégage de la fraîcheur.

On a l’habitude d’ôter ses chaussures quand on est dans une maison, les pièces sont habillées de tapis qui recouvrent entièrement le sol, seuls les couloirs et les pièces « utiles » (cuisine, etc) restent carrelées. Pourquoi installer un parquet nettement plus coûteux que l’artisanat local si c’est pour le dissimuler ?

Portes en bois peint
Portes anciennes, dans un riad à Meknes, le sol est en mosaïque, comme partout.

De plus, le contraste entre les mosaïques du sol et le bois décoré fait partie des principes de la décoration. Un jour je vous parlerai sur mon blog de ces mosaïques qui sont comme un langage codé.

Les variations de température, d’humidité

En dehors des villes côtières, qui ont un climat relativement tempéré, les villes de l’intérieur connaissent de très grosses variations de températures entre les saisons (surtout dans les montagnes, le Rif, Fès, Ouarzazate). Le parquet est beaucoup plus sollicité que les bois « debouts » (portes, volets, plafonds peints) et va s’abîmer beaucoup plus vite qu’en Europe.

Cher à entretenir

L’entretien d’un sol en céramique ou en zellige est très simple : un lavage à l’eau, et c’est tout.

Porte aux caissons horizontaux
Porte de riad, Marrakech

Les zelliges que vous voyez ici ont souvent plusieurs siècles. N’importe quel artisan local peut facilement remplacer les carreaux manquants par de nouvelles pièces qui sont encore fabriquées à l’identique.

Pour l’entretien quotidien du parquet, il faut des produits importés, il faut régulièrement faire poncer, re-vernir… un stratifié durera à peine dix ans.

Autrement dit le parquet au Maroc, ça coute plus cher et ça tient moins longtemps que les revêtements traditionnels.

Je sais que j’essayerai toujours de convaincre mes clients d’utiliser un sol traditionnel, et d’utiliser le bois dans d’autres éléments de décoration…

Comme ces entablements magnifiques de la mosquée Bou Inania

Entablements de bois à Fès
Les entablements de la Medersa Bou Inania, à Fès

 

Redouane n’a pas encore de site, mais vous pouvez déjà vous abonner à sa toute nouvelle page sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *