Ikea style

… ou pas ? Autrement dit, le mobilier clair, aux lignes droites, la bibliothèque hyper simple plaquée hêtre, bouleau, ou chêne, est-ce que cela finit par faire un style ? Et pour y répondre, il faut peut-être définir ce qu’est un style ?

Qui n’est pas passé au moins une fois chez Ikéa ? N’a pas acheté une étagère Billy, un panier de rotin faussement campagnard, un petit meuble de cuisine ?

Qui n’a pas, un jour ou l’autre, craqué pour quelques verres, un vase, une petite lampe pas cher, pour décorer sa maison ?

Qui n’a pas acheté un de ses grands cadres, pour « personnaliser » son living ?

C’est un jeu auquel il est amusant de jouer quand on va chez des gens : Ikea spotting… et on fait rarement chou blanc !

Billy, un meuble qui a plus de trente ans

Billy
Une combinaison Billy

La longévité de Billy, qui a fêté ses trente ans en 2005, est largement supérieure à celle de la plupart des meubles design, et dépasse celle de tous les autres meubles dans la même gamme de prix.

Seuls quelques très grands classiques, comme le fauteuil d’Eames ou le fauteuil club de Knoll, la lampe Tizio, ont une longévité équivalente, ou largement supérieure, mais leur gamme de prix les a empêchés d’être aussi populaires que la bibliothèque toute simple d’Ikea.

Ikea a même été confronté à une véritable bronca quand il a laissé se répandre la rumeur d’une suppression de Billy de son catalogue, en 1996. En réalité, il s’agissait simplement de supprimer certaines couleurs, et accessoires (comme une petite étagère interne, qui permettait de mettre les livres de poche ou les CD sur deux niveaux, ou les étagères d’angle).

La rumeur a refait surface, aux Etats Unis cette fois, en 2011. The Economist imagine que le livre numérique diminue le besoin de bibliothèques, et fait le lien avec un nouveau produit, un Billy un peu plus profond et pourvu de portes vitrées…. A l’ère de Twitter, les consommateurs s’émeuvent, tant et si bien que le porte parole d’Ikea doit démentir : Billy n’est pas menacé.

Simple, suédois, pratique et coordonnable

Le succès d’Ikea provient de l’attention portée aux petits détails, qui rendent les meubles non seulement facile à monter, mais surtout très faciles à utiliser.

Les dimensions des éléments sont soigneusement calculées pour qu’ils puissent être combinés, les corbeilles carrées s’adaptent dans la plupart des bibliothèques, les couleurs des différentes « portes » (chêne, bouleau, hêtre, blanc ou noir) se correspondent dans les différentes gammes, ce qui permet de mélanger des éléments similaires (Billy et Expedit) et de coordonner étagères et tables, par exemple.

Les petits détails malins sont aussi dans les accessoires, il suffit de regarder la gamme des cuisines pour voir qu’on a pensé à tout.

Et le grand avantage d’Ikea, c’est que l’on peut s’équiper au fur et à mesure, prendre un meuble par mois, rajouter peu à peu les petits détails… ou compléter quand la famille s’agrandit.

Un style ou une base ?

Il faut bien le reconnaître, la contrepartie de cet avantage, c’est une absence de vrai style. Les meubles doivent être passe partout pour pouvoir être combinés, et l’uniformité des couleurs de base, l’absence de détail saillant, le règne absolu des formes simples et des bois clairs donne en réalité une déco « inodore et sans saveur ».

Chambre d'enfant Ikea
Chambre d’enfant Ikea

Les catalogues font tout pour nous faire changer d’avis, mettant en scène les meubles dans des pièces abondamment garnies, en « tout Ikea » (mobilier, accessoires, tapis, rideaux et même plantes vertes…), une sorte de Sims à la suédoise dont on est censé s’inspirer.

Les détournements restent timides. On a « le droit » de peindre les meubles de bois naturel, on a « le droit » de fixer les étagères et les meubles à la verticale ou à l’horizontale, mais c’est bien tout.

L’ambiance est créée uniquement avec des meubles Ikea. Même si elle est improbable…. un tel dressing luxueux, par exemple, qui irait le « faire » avec des meubles Ikea ?

Un magnifique dressing Ikea
Un magnifique dressing Ikea

La photo est là pour faire rêver, pour donner des idées, pour montrer comment, avec quelques compléments en « Do it Yourself » (dans la photo ci dessus les lampes fixées autour du miroir) on peut finalement être original en Ikea.

Ou, comme dans cette chambre classique, comment Ikea ne rime plus avec bas prix suédois clair pour étudiants, mais avec « chic anglais ».

Une idée de chambre Ikea
Une idée de chambre Ikea

Les décorateurs des catalogues ne martyrisent pas les meubles Ikea. C’est le rôle des hackers…

Ikea hacking

C’est sans doute le hacking qui assure le succès tellement durable d’Ikea.

Le hacking consiste à modifier quelque chose dans le meuble, pour le rendre différent, pour le décorer, pour lui donner une utilité autre que celle initialement prévue.

Billy recouvert d'un sticker effet cuir
Billy recouvert d’un sticker effet cuir

Les hackings les plus simples sont ceux qui vont se faire en peignant et embellissant les étagères, les commodes trop simples. Des papiers peints, une touche de peinture, des petites moulures (comme pour un relooking shabby chic), des changement de poignées….

Ainsi, ce magasin propose des décors adhésifs aux dimensions des portes Ikea. On quitte le sobre passe partout de Billy pour revenir dans un monde avec des poster « nature » qui décorent un mur entier… la boutique propose des photos, des décors pour enfant et même des stickers « effet cuir », du plus bel effet quand il est marié avec un revêtement bouleau comme ici.

Le site Ikea hackers va beaucoup plus loin. Les modifications nécessitent scie, perceuse, marteau, agrafeuse… les étapes sont indiquées les unes après les autres, et sur ce « mur » entièrement garni de Billy, on a l’impression que l’étagère fétiche devient un matériau de base, un assortiment un peu évolué de planches qu’on va travailler comme un véritable menuisier.

Ou alors il s’agit simplement d’idées intelligentes, comme transformer les éléments d’un porte bouteille en racks pour accrocher tasses et casseroles dans une cuisine sous les toits.

Tour d'apprentissage Montessori brocolée avec deux tabourets Ikea
Tour d’apprentissage Montessori brocolée avec deux tabourets Ikea

On trouve des hacks partout sur le net : ainsi l’utilisation de deux tabourets pour faire une tour d’apprentissage Montessori… à bas prix ! Car le prix « de base » pour la vraie tour d’apprentissage est aux alentours de 75 €. Là les deux tabourets Bekvam d’Ikea permettent de la faire pour … moins de 20 € !

Les magazines de décoration eux aussi, utilisent les meubles Ikea comme base, pour des bricolages qui les rendent méconnaissables.

Bref, pour les hackers, Ikea ce ne sont pas « encore » des meubles, mais simplement des matériaux, à utiliser de façon créative. Et donc totalement différemment du « style » Ikea.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *