Chez Lauren Bacall : les pièces privées

Après le foyer et la bibliothèque, le salon et la salle à manger, il nous reste les trois chambres à visiter. Beaucoup moins de photos, et trois ambiances très différentes. Trois chambres, ce n’est pas beaucoup pour un immeuble construit à une époque où les familles étaient beaucoup plus nombreuses que de nos jours et où les fratries de quatre à six enfants n’étaient pas rares.

Mais à cette époque, les enfants n’avaient pas leur propre chambre. Trois chambres, cela représente une chambre pour les parents, une pour les garçons et une autre pour les filles.

La chambre principale

C’est une pièce magnifique, immense, avec un bow-window. Particulièrement claire et, semble-t-il, moins meublée que les pièces de représentation. Peut-être aussi de nombreux meubles ont-ils été enlevés avant la prise des photos, plus personnels, conservés par la famille ?

Ce qui me surprend, dans cette chambre, c’est l’absence de tapis. J’imagine très mal Lauren Bacall ne pas avoir de descente de lit, alors que ses salons étaient remplis de tapis.

Ce qui me fait complètement craquer ? Le bow-window sur Central Park, je m’y serais installé une petite alcôve, avec un divan bien confortable, surélevé, me permettant de profiter de la vue à toute heure du jour ou de la nuit. Il y a bien la méridienne, mais ce n’est pas tout à fait pareil.

Dans cette pièce, j’aime particulièrement les meubles syriens, incrustés de nacre, le long banc en pied de lit et le miroir.

Banquette en bois avec un coussin en cuir
Banquette d’origine syrienne, en bois incrusté de motifs de nacre

Les meubles syriens de Lauren Bacall se retrouvent dans plusieurs pièces. Ils datent tous du début du vingtième siècle et ne sont pas, à proprement parler, des antiquités.

Cabinet incrusté de nacre
Cabinet incrusté de nacre

Mais ils sont très beaux, les incrustations de nacres sont très travaillées, de belle qualité.

D’ailleurs, dans la chambre, on trouve aussi un autre meuble incrusté de nacre, un cabinet en bois sombre. Il vient, lui, d’Extrême-Orient, de Corée, et date de la fin du XIX° siècle ( toute fin de la période Joseon ).

Les panneaux de côté sont ornés de chauve-souris, un porte-bonheur en Asie. Les portes et les tiroirs sur l’avant sont, eux, décorés de motifs floraux.

Tout à l’opposé, une photo, un tirage de Richard Avedon qui représente un gros plan du pied du danseur Rudolf Noureyev.

Au delà de la beauté du noir et blanc, cette photo m’impressionne car elle fige, sans que transparaisse l’effort, le mouvement du danseur.

Les pieds d’un danseur sont rarissimement immobiles. Là, posé à peine sur trois orteils, ce pied doit impérativement se poser ou s’envoler.

Le pied de Rudolf Noureyev par Richard Avedon
Le pied de Rudolf Noureyev par Richard Avedon

Arriver à saisir ainsi ce mouvement de pointes, et à le rendre immobile, suspendu, est un très bel exploit photographique, en même temps qu’un bel hommage à Noureyev.

La chambre jaune

La chambre jaune, amputée par des salles de bains, des placards, étaient la plus petite des trois chambres.

Vue de la chambre gauche
La chambre jaune, à gauche de la grande chambre

Elle a une ambiance très chaleureuse, avec son papier peint à motifs traditionnels reprenant des tissus de damas, les meubles en bois blond et le tapis blanc et bleu. Elle était sans doute la chambre de la fille de Lauren Bacall.

La chambre bleue

La dernière des trois chambres est la seule à avoir une cheminée.

La chambre bleue et sa cheminée
La chambre bleue et sa cheminée
Bibliothèque demi-dôme en pin
Bibliothèque en pin

J’aime beaucoup la petite bibliothèque, avec sa décoration (que vous pouvez bien voir en cliquant sur l’image pour l’agrandir).

Toute simple, en pin, elle est décorée de branches et de feuilles non seulement sur le devant, mais aussi à l’intérieur.

Ce serait un travail hollandais.

Dans le catalogue de Bonhams, de nombreux papiers, gravures, autographes… sont rattachés à cette dernière chambre.

On y trouve aussi des petits tableaux à l’aiguille, dont Lauren Bacall semblait raffoler, des statuettes, de l’argenterie.

Des porte-monnaies, des agendas (essentiellement Vuitton et Hermès), et une poche pour organiser le courrier, « non classé », « classé », « à payer », « payer », ainsi qu’une importante collection de bagages, Vuitton et Hermès. Quand on est une star, on ne voyage pas léger, surtout quand on part en tournée !

Voilà, la visite de l’appartement de Lauren Bacall se termine. J’espère que vous y avez pris autant de plaisir que moi !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *