Ikea hacking, by Ikea

On n’est jamais aussi bien servi que par soi même, et Ikea lui-même participe au hacking de ses meubles, en s’attaquant régulièrement à la « grand-mère » respectable de la maison, l’étagère Billy. En effet, Ikea fait appel à des designers renommés pour « customiser » l’apparence de Billy, pour des éditions limitées, enrichissant la gamme proposée, au delà des cinq versions dans le catalogue (en blanc, en placage hêtre, chêne ou bouleau et en marron foncé).

Billy Limited edition 2013 : « A livre ouvert »

Billy à Livre Ouvert
Bibliothèque Billy à Livre Ouvert – 2013

Celle de cette année est bien plus réussie que celle de l’année dernière ! C’est une bibliothèque en noir et blanc que nous proposent Ikea et la suédoise Susanna Löfgren. La base est une étagère Billy tout ce qu’il y a de plus standard, en 202x80x32cm, en couleur « brun noir ». Sauf que l’intérieur des montants, les étagères et le fond présentent un motif en noir et blanc représentant des livres ouverts, vus du dessus de la tranche.

La première des éditions limitées de Billy a vu le jour en 2009, pour fêter les trente ans de la bibliothèque la plus vendue au monde. Le principe même est un peu contraire à l’esprit d’Ikea, qui propose essentiellement des meubles suivis, facilement coordonnables, et surtout faciles à fondre dans un environnement. Quand on se promène dans un show room Ikea, les meubles décorés avec des motifs sont extrêmement rares (en dehors des quelques motifs obtenus avec des textures, ou des jeux de couleurs contrastées).

En effet, qui dit motif dit plus grande difficulté à insérer dans une pièce, plus de risques que « cela clashe », donc plus de déçus, et moins de ventes.

Billy 2009, un motif surchargé
Billy 2009, un motif surchargé

D’ailleurs, je dois le reconnaître, je ne suis pas une fana du motif de l’édition 2009, que je trouve trop lourd, trop chargé, brouillon, et un peu triste dans ses couleurs : cette photo d’étagère le montre bien, on ne sait plus où poser ses yeux.

La maison Ikea est discrète, et on ne connaîtra sans doute jamais les chiffres de vente de ces trois étagères, proposées en motifs oranges, verts ou noirs sur fond de blanc cassés.

On peut simplement noter que l’expérience n’est pas renouvelée en 2010 ni en 2011.
On peut croire qu’il s’agit d’une opération de communication « one shot », à l’occasion des trente ans, et qu’elle ne rentre pas dans la stratégie habituelle d’Ikea.

Billy édition limitée 2009
Billy édition limitée 2009, des couleurs un peu tristes

C’est aussi une époque où le catalogue évolue pas mal, les séries se simplifient, un certain nombre de classiques et / ou de teintes de placages disparaissent… Comme tout le monde Ikea entre dans un monde de crise où chaque petite économie est bienvenue.

2012, le retour de la couleur

Billy en vert, en 2012
Billy vert, en 2012

En 2012, les éditions Billy « limited » font timidement leur retour, sous la forme de bibliothèques joyeusement colorées, en vert anglais ou en jaune intense, une version à la fois printanière et optimiste.

Parfaites pour se remonter le moral, bien dans l’air du temps du « color block » et de la déco punchy, leur couleur unie les rend malgré tout beaucoup plus facile à intégrer dans une grande variété d’environnements et d’appartements que l’édition de 2009.

Et puis la déco évolue, et on apprécie de plus en plus les pièces fortement colorées, ou au contraire, les pièces très claires, monochromes avec un point de couleur qui structure et qui attire l’oeil.

D’une certaine façon, cette colorisation audacieuse donne un aspect plus « haut de gamme » à Billy.

(A noter, par contre, que les couleurs ne sont pas celles proposées dans la série Lack… dommage, pas possible de jouer entre la table basse et la bibliothèque).

Le succès est sans doute au rendez-vous, puisque cette fois-ci, Ikea renouvelle l’expérience. En 2013, ce sont trois versions de Billy qui sortent en édition limitée.

2013, la couleur et les motifs

Trois versions, donc, d’abord deux bibliothèques « color block », en bleu et en orange cette fois-ci (et il me semble difficile de « filer la série » dans une même pièce…), et une bibliothèque que je vous ai montrée en haut, avec son motif noir sur fond blanc, peut être plus dans la lignée du Billy de 2009, mais beaucoup plus réussie.

Les trois bibliothèques Billy de 2013
Orange, bleu et « à livre ouvert » c’est la bibliothèque Billy 2012

Deux esprits totalement différents, donc. Si on imagine, après tout, mettre dans la même pièce un bloc bleu et un bloc orange, la Billy à Livre Ouvert entre dans un univers totalement différent.

Ce qui est d’ailleurs visible quand on met côte à côte les deux présentations « ambiances » proposées par Ikea : d’un côté une ambiance moderne, de l’autre une ambiance rétro…


Le motif réalisé par Susanna Löfgren est très joli, présent quand l’étagère est vide, discret quand elle est remplie. Le dessin lui même est beaucoup moins fouillis que celui de 2009, ce qui fait qu’on peut facilement en laisser une partie apparente (sans pour autant la surcharger de bibelot).

Et il est tout à fait adapté à une bibliothèque, plus que le « graffiti » de 2009, qui faisait référence à une culture dont l’élément principal n’est pas le livre.

Hacking the hack : détournement de Billy limited

Dans une histoire sans fin, on trouve sur internet des « hack » de cette édition limitée. Et notamment sur ce blog espagnol, l’utilisation des étagères comme tête de lit, que je trouve très bien faite.

Tête de lit en étagères Billy
Tête de lit en étagères Billy. Source : x4duros.com

Et vous ? Que feriez-vous avec les étagères Billy Limited…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *