L’appartement de Lauren Bacall : continuons la visite

Après vous avoir invités à entrer dans l’appartement de Lauren Bacall à New York, à l’occasion de la vente aux enchères de ses collections, je vous propose aujourd’hui de continuer la visite des deux dernières pièces de réception, le grand salon et la cuisine (avant de passer aux chambres).

Comme hier, dans chaque pièce, je sélectionnerais deux ou trois objets, pas pour leur valeur, mais parce que ce sont ceux que je préfère !

Le grand salon

C’est la plus grande pièce, elle a deux grandes fenêtres sur Central Park. La comparaison entre les photos de l’agence et les photos prises pour le catalogue de la vente aux enchères, avant que les meubles aient été enlevés, montre tout de suite une énorme différence. Le Stéphane Plazza local est passé par là, la pièce a été repeinte.

Le grand salon à l'époque de Lauren Bacall
Le grand salon à l’époque de Lauren Bacall

Du temps de Lauren Bacall, la pièce était verte, les murs ont été repeints d’une couleur très claire… et quelques meubles replacés pour l’occasion ! On voit bien sur cette photo la très belle cheminée, et un grand tapis clair qui contraste avec le plancher sombre, accentuant la clarté naturelle de la pièce.

 

Les canapés et les fauteuils sont recouverts d’un tissu coordonné à celui des meubles de la bibliothèque, mais bleu (alors que dans la bibliothèque, ils étaient verts). D’ailleurs, si vous avez l’oeil, vous verrez qu’en plus de la table en marbre, dans la photo de droite, deux fauteuils ont été rapportés de la bibliothèque !

Pas de balcon…

C’est là qu’on voit à quel point le mode de vie évolue entre la construction du Dakota Building et notre vie moderne. Aujourd’hui, dans un immeuble de prestige donnant sur un espace vert, et sans circulation intense comme c’était le cas en 1884, il serait impensable de ne pas mettre de balcon à la plus belle pièce.

Les deux grandes fenêtres donnent énormément de luminosité (il en faut, n’oubliez pas que la pièce fait quatre mètres de hauteur), mais le bas des guillotines est occupé par les radiateurs. La vue est faite pour être admirée de loin…

Le piano du salon et les gravures de Henry Moore
Le piano du salon et les gravures de Henry Moore

Comme dans les autres pièces, Lauren Bacall mélange allègrement styles et origines, une gravure d’après Audubon (un pélican, un des lots les plus chers de la vente) voisine avec un repose-tête africain, des bâtons de chefferie maliens, des poids ashantis, des étains, des meubles en bois européens, asiatiques… , des statues de Graham Moore (encore… il y en a beaucoup dans cet appartement),

Le sofa

Dans cette pièce remplie d’objets et de souvenirs, ce sont les sièges qui m’attirent le plus, à commencer par ce grand sofa moderne, sans grande prétention.

Sofa moderne : le confort tout simple
Sofa moderne : le confort tout simple

Je l’aime parce qu’il est, justement, tout simple, caractéristique du confort à l’américaine (tellement plus réel que le confort anglais), basé sur du rembourrage dans tous les sens, des coussins accumulés, des grands plis de tissus.

Une taille imposante, on peut s’y allonger, s’y lover à plusieurs et j’imagine les calins de Lauren Bacall et ses enfants. Estimé au prix d’un canapé d’occasion, entre 400 et 600 dollars, je suis curieuse de savoir à combien il partira…

La Duchesse Brisée

Lauren Bacall et la Duchesse Brisée
Lauren Bacall et sa chienne Sophie dans le salon

Le deuxième siège, c’est cette pièce d’époque, une des rares de la collection, que Lauren Bacall aimait beaucoup.

Une Duchesse Brisée est un siège du XVIII° siècle, une longue bergère qui se sépare en deux ou trois morceaux. Réunis, on l’utilise comme chaise longue. Séparés, on dispose d’une bergère et d’un fauteuil, éventuellement un pouf, pour former un cercle d’amis.

Sur cette photo ancienne (fin des années 80), on voit Lauren Bacall assise sur la bergère, devant la cheminée du salon.

L’aménagement a évolué, puisque les photos plus récentes montrent le sofa bleu et deux fauteuils assortis à cet endroit.

J’imagine bien le siège reparti dans sa chambre… Et j’adore tout simplement cette photo, parce qu’elle est l’essence même de « la collection selon Lauren Bacall » : un meuble précieux ? Peut-être, mais d’abord et avant tout un meuble à vivre, où on s’allonge tranquillement en chaussures, pour lire un livre et fumer une cigarette, le cendrier sous la main, sur un étrange tabouret triangulaire.

 

Duchesse Brisée du XVIII° siècle
Duchesse Brisée du XVIII° siècle

(Estimation entre 3.000 et 5.000 dollars)

Le lampadaire

La pièce est parsemée de nombreux lampadaires, derrière chaque siège pour lire confortablement, dans les coins… dans cet assortiment de luminaires, j’ai choisi ce pied de lampe sculpté originaire d’Inde du Sud. J’ai été obligée de le « couper en morceaux » pour que vous puissiez bien voir la finesse des détails :

Le lampadaire indien, avec gros plan des différentes sections
Le lampadaire indien, avec gros plan des différentes sections

La pièce, qui reprend les motifs des temples, est ornée de quatre divinités gravées chacune dans une niche, orientées au départ selon les points cardinaux.

Estimée entre 1.000 et 1.500 dollars

La lampe style Tiffany

Lampe de style Tiffany
Lampe de style Tiffany

On ne peut pas concevoir un intérieur américain cossu sans une lampe « Tiffany ». Louis Comfort Tiffany est le fils de Charles Tiffany, le fondateur de la célèbre joaillerie, celle qui fera craquer Audrey Hepburn dans « Breakfast at Tiffany’s« .

C’est l’inventeur de techniques de verrerie permettant de produire des verres colorés légèrement opaques, qu’il utilise ensuite dans des montages de style vitrail.

Les lampes Tiffany sont une application de cette technique, mais de nombreux appartements bourgeois seront aussi décorés avec des verrières, où il privilégie les motifs végétaux et animaliers.

La lampe de Lauren Bacall n’est sans doute pas signée, surtout il s’agit d’une production d’après-guerre, mais elle est tout à fait fidèle au style Tiffany, avec son pied en bronze patiné décoré de motifs gravés et de légères oxydations volontaires.

Estimation entre 400 et 800 dollars.

Le bol à charbon fleuri

Boite à charbon victorienne
Brasero japonisant

Chacune des cheminées de l’appartement (il y en a cinq en tout dans l’appartement) est complètement équipée, pare-feu, pincettes, soufflet, panier à bois, brasero et seau à charbon. Et chaque équipement est différent.

Ce bol à charbon est une réalisation victorienne, en métal peint décoré de fleurs.

Beaucoup plus élégant que les seaux en étain brut, avec ses formes travaillées, ses anses gravées et son couvercle pour protéger de la poussière du charbon. Car à l’époque, pas d’allume-feu rapide !

J’aime cet objet parce qu’il est joli, dans un style un peu girly, comme on dit aujourd’hui, mais aussi parce qu’il est le témoin d’une époque où le confort était différent, il fallait monter son charbon, allumer son feu, le faire couver pour la nuit, au lieu de simplement allumer le chauffage électrique ! Peut-être pourrions-nous mettre un peu plus de décor dans nos éléments de chauffage modernes ? J’attends avec impatience la chaudière peinte.

La salle à manger

C’est la seule des pièces de prestige qui ne donne pas sur Central Park. Tous les immeubles du Dakota Building ont été construits de la même façon : chambres et salles de réception en enfilade sur la façade, salle à manger sur la cour intérieure. Sans doute parce que c’était une pièce où on passait finalement moins de temps que dans les autres, et où, finalement, les vis-à-vis étaient moins gênants que dans une chambre !

Cette disposition montre bien, aussi, comment l’art de vivre évolue… Il est rare aujourd’hui qu’on réserve une pièce spécifique aux repas, ceux-ci sont pris dans une des plus belles pièces de la maison.

Salle à manger de Lauren Bacall
La salle à manger, avec deux fenêtres

Comme le salon, elle dispose de deux fenêtres et d’une cheminée, mais la dimension de la pièce est nettement moins importante.

A l’époque de Lauren Bacall, on le voit bien, la table était dans l’autre sens, perpendiculaire aux  fenêtres… personne n’avait le dos à la lumière (un seul convive, mais en réalité il tournait le dos au mur entre les deux fenêtres).

La salle à manger, meublée
La salle à manger, meublée

L’ambiance de cette pièce est particulièrement chaleureuse.

C’est le royaume des majoliques, avec leurs couleurs vives, les murs sont décorés d’affiches publicitaires françaises du début du XX° siècle aux francs aplats de couleur, avec des jaunes intenses, le buffet est en simple bois de pin clair, et les plantes prospèrent sur les fenêtres.

Les meubles sont plus rustiques. Il y a un fond d’évocation de cuisine paysanne au coeur de Manhattan que j’aime beaucoup.

Le pétrin

En noyer, d’époque Louis XV, ce pétrin d’origine française est fait de panneaux de bois de différentes époques : la datation Louis XV est en réalité une sorte de moyenne, le meuble a été construit en utilisant d’anciens panneaux, et il a été réparé de façon plus tardive.

 

Pétrin rustique en noyer sculpté
Pétrin rustique en noyer sculpté

Là encore, c’est impressionnant de voir comment on pouvait décorer de « simples objets utilitaires ». Les panneaux sont finement sculptés, polis, vernis, les tiroirs à farine sont ornés avec de jolies ferrures.

Les pieds auraient pu être droits, solides, utiles… ils sont tournés, décorés. J’adore ce meuble.

Estimé entre 1.200 et 1.800 dollars.

Le service de Biot

A proximité d’Antibes, la verrerie de Biot est connue pour ses verres bullés aux couleurs franches, acidulées ou pastel.

Service en verre soufflé de Biot
Service en verre soufflé de Biot

Les tons d’aigue-marine intense de ce service sont à la fois printaniers et joyeux, parfaitement adaptés à l’ambiance chaleureuse de la pièce.

L’ensemble des verres de Biot est estimé pour 3.000 à 5.000 dollars. Et j’avoue que je les aimerais bien chez moi !

Pour finir, je vous montre, tout simplement, le cabinet d’angle avec les majoliques.

Le buffet d'angle et les faïences
Le buffet d’angle et les faïences

Et vous remarquerez le seau à bois rempli ! Ce n’est pas que de la décoration, la cheminée servait régulièrement.

Voilà, nous avons fini le tour des pièces de réception.

Demain, je vous montrerai les trois chambres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *