Acheter une maison à rénover : les pièges à éviter

Acheter une maison à rénover, c’est une façon de diminuer, souvent de façon importante, le budget. Le principe est en effet d’estimer les travaux à effectuer, et de les déduire plus ou moins du prix de vente final, pour que l’acquéreur ne se retrouve pas à payer un prix au mètre carré nettement plus élevé que la moyenne.

Maison aux murs en briques abîmées
Une maison ancienne avec beaucoup de travaux à faire

 

Pourquoi acheter une maison à rénover ?

Cette façon de faire est très intéressante quand les travaux ne sont pas trop importants, c’est-à-dire qu’il est malgré tout possible d’habiter la maison à court terme sans les faire, ou quand les travaux correspondent à des réaménagements que vous comptiez faire de toute façon : vous auriez démonté le toit de cette véranda pour le remplacer par une verrière, mais le manque d’étanchéité des tuiles va vous financer cela en partie.

La maison « à rénover », qu’on appelle aussi, dans les petites annonces, « maison de charme » ou « bien atypique » et, entre pros « vieille bicoque dans son jus » peut-être une bonne occasion, particulièrement en maison secondaire. On la trouve dans les petits villages peu à peu désertés, en corps de ferme ou au coeur de la campagne.

Bow Window aux papiers peints abîmés
Souvent les papiers peints et les murs doivent être totalement refaits

Elle va se prêter à de longues rénovations, effectuées chaque année par petites touches, les vacances se transformant ainsi en camp de travail forcé où les ados et leurs amis sont embauchés de force.

La garantie des vices cachés dans l’ancien

Cela, c’est quand tout se passe bien.

Mais la maison a rénover peut aussi masquer de graves défauts qui obligeront à des travaux lourds, non prévus au départ. On dépasse alors le stade de la rénovation, pour arriver à celui de la reconstruction.

Et, contrairement aux maisons neuves, pas d’assurance décennale. Seule la garantie contre les vices cachés peut jouer.

Il est donc essentiel de se faire accompagner par un professionnel qui va examiner le bien en détail et estimer son état et les travaux à faire.  Électricité, état parasitaire, … le vendeur doit fournir de nombreux certificats qui permettent de se faire une première idée, rien ne vaut l’inspection de l’architecte. Même si la jurisprudence est de plus en plus favorable vis à vis de l’acheteur profane, et l’exonère de ne pas avoir détecté des défauts qu’un professionnel aurait identifié.

Rénovation intérieure
L’électricité est toujours un chantier à risques financiers

Néanmoins, il est toujours préférable d’éviter un long procès (qui ira souvent en appel, voire même en cassation) et de mettre tout en oeuvre pour entrer sereinement dans sa nouvelle demeure.

Travaux d’amélioration énergétique

Au delà de la recherche de vices cachés, l’architecte pourra facilement estimer un premier devis pour des améliorations importantes, qui vont aider à l’efficacité énergétique. La pose de doubles vitrages, d’une couche d’isolation thermique ou de laine de verre sous les combles occasionne pas mal de poussière et de dérangement. Les faire avant que la maison ait été entièrement remplie par les meubles facilite la vie.

De plus, ces travaux sont aidés, bénéficient entre autres d’un taux de TVA plus favorable et ils peuvent être financés par votre banque, globalement, dans votre emprunt pour financer l’achat du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *